Un certain athéisme me convient

Un « enfant dans la foi » vit de Dieu dans une relation de besoin et il découvre ainsi que Dieu le fait vivre : ce Dieu est sa nourriture, sa sécurité, son modèle ... Peu à peu, le croyant qui « se met à son compte » sent grandir une humanité en lui qui le dispense de s'adresser à Dieu en tout instant et pour toute chose. En même temps qu'il se libère du Dieu de son enfance, il sent s'élever une séparation, une solitude ... Dieu devient comme absent et tout se passe comme s'il n'existait plus. C'est peut-être qu'il n'existe plus pour nous en termes de besoin : nourriture, sécurité, modèle, sens de la vie, etc.

Dieu est une illusion

« L’angoisse humaine en face des dangers de la vie s’apaise à la pensée du règne bienveillant de la Providence divine, l’institution d’un ordre moral de l’univers assure la réalisation des exigences de la justice, si souvent demeurés non réalisée dans les civilisations humaines, et la prolongation du temps et le lieu ou les désirs se réaliseront. » Quelques textes choisis et questions pour comprendre l'athéisme de Freud. Prévu pour être accessible à des élèves du secondaire supérieur.