Version imprimableSend by email

Écrire une chanson, l’interpréter, l’enregistrer, la partager est une activité ludique à forte motivation intrinsèque qui peut faciliter l’intégration et/ou l’actualisation des réalités d’un récit biblique. Il s’agit de proposer aux élèves, en groupe classe ou en deux-trois sous-groupes de composer une chanson qui exprimerait l’essentiel de ce qu’ils ont compris dans le parcours.

Plutôt que de partir de rien, il me semble que le plus opportun est de proposer ou de faire trouver par les enfants une chanson actuelle qui serait la base du travail. Cela comporte 3 avantages :

  • Renforcer la motivation par la réappropriation d’un tube du moment.
  • Faciliter le travail en n’y imposant pas l’invention d’une ligne mélodique et d’un arrangement musical.
  • Renforcer l’actualisation en forçant les ponts entre la culture contemporaine et le cours.
  • Faciliter l’enregistrement et la mise en œuvre par le téléchargement de la bande son karaoké, certainement disponible à faible prix.

Bien sûr, si l’un des groupes témoignait l’envie de créer sa propre musique ou d’accompagner par lui-même le chant, il serait opportun de l’encourager.

 

On pourrait choisir une chanson qu’on aime et tout transformer. Ce qui est favorisé dans ce choix, c’est l’adhésion des enfants à une musique qu’ils écoutent déjà. Mais on pourrait aussi désirer que la chanson ait déjà, à la base, un lien direct avec le thème travaillé. On en garderait alors le refrain, par exemple, et chaque groupe composerait un couplet. On pourrait même imaginer « retourner » une chanson pour lui faire dire le contraire de l’intention de l’auteur.

 

Il est indispensable de pousser cette activité jusqu’au bout, c’est-à-dire d’enregistrer les enfants et de trouver un canal de partage du morceau (sur le site de l’école ?). Certaines régions ou communes organisent parfois des concours auxquels la classe pourrait participer.

Peut-être que les enfants désireraient pousser l’accomplissement du projet jusqu’à la réalisation d’un clip (chorégraphie, mise en scène des réalités abordées…). La dimension collective du projet dépasse est, en soi, un objectif de l’activité qui peut renforcer, voire dépasser l’importance du texte travaillé.