Définitions du cours

Les cours de morale et de religion, des lieux d'éducation : D'aucuns s'interrogent sur la légitimité et la spécificité de chacun de nos cours. Qu'en est-il ? Édité par la Communauté Française.

Le cours de religion dans l'enseignement secondaire catholique : redéfinition du cours, enjeux, méthodes.

Interpellation aux professeurs de religion : Interpellation adressée par Laurent Miller aux professeurs de religion du secteur Bruxelles 3. Quelle est la croissance visée par vos cours ? Son ancrage existentiel ? L'apport du christianisme ? Évitez de moraliser à partir de l'Évangile ! Apportez une bonne nouvelle ! Préparez la réussite.

Vision du cours : À la lecture de ce qui se dit dans les médias sur les cours de religion et les religions au sens large, au fil de mes rencontres avec les étudiants, futurs professeurs  de religion, avec les acteurs de terrain, avec mes élèves du secondaire, je retiens principalement deux défis de société face auxquels le cours de religion me paraît l’un des outils les mieux adaptés. Par Laurent Miller.

Qu'est-ce qu'un cours confessionnel ? Tableau comparant la catéchèse, le cours de culture religieuse et le cours de religion.

Qui a dit que les cours de religion et morale étaient bidons ? Quel est le but d'un cours de religion ou de morale ? Que faut-il faire et ne pas faire pour qu'un cours « marche », c-à-d affiche un intérêt pédagogique et soit attractif ? Des professeurs répondent. Éclairage : Pourquoi les cours de religion et de morale sont-ils dévalorisés ?

Lettre de Monseigneur Harpigny aux professeurs de religion, avril 2014. Nous sommes nombreux à nous opposer à l’idée que les convictions philosophiques et religieuses ne concerneraient que la vie privée. Nous restons donc convaincus que les religions ont leur place à l’école et qu’une prise en compte adéquate de celles-ci permet d’éviter le développement de communautarismes, voire d’intégrismes qui menaceraient la cohésion sociale. Nos cours  restent tout à la fois des lieux  d’éducation au religieux et du religieux.

Le Comité Européen pour l'Enseignement Catholique : Il est l'outil de coopération de 28 réseaux de l'enseignement catholique dans 26 pays d’Europe Centrale, Orientale et Occidentale. Le CEEC est un carrefour de rencontre pour les dirigeants de ces réseaux, mais aussi un centre d'études et d'information. En outre, il assume le rôle de promoteur de l'enseignement libre catholique auprès des diverses instances européennes. Le CEEC représente ainsi plus de 35.000 écoles et quelque 8 millions d’élèves.

 

Pour et contre le cours de religion

Organisation de la dispense pour les cours de religion et de morale non confessionnelle et de l’encadrement pédagogique alternatif pour l’année 2015 – 2016 : Résumé du texte du décret organisant l'EPA en 2015-2016.

Les professeurs de rleigion, des citoyens de seconde zone ? Est-il certain que l'actuel modèle belge d'enseignement religieux contrecarie le vivre-ensemble ? Est-il préférable de relayer la religion dans la sphère privée, loin de toute instruction structurée par le cadre législatif (avec des professeurs formés dans les hautes écoles e universités belges, des référentiels de compétences, dans le cadre scolaire) ? Est-il envisageable de balayer d'un geste les professeurs de religions et de morale comme ennemis public n°1 de la démocratie et du vivre-ensemble ?

Pour ou contre : faut-il supprimer les cours de religion ? Nadia Geerts, enseignante en philosophie VS Étienne Michel (Segec) : « Le meilleur remède au fanatisme religieux est d'organiser le dialogue entre la religion et la raison. Il faut des cours où la religion se laisse interroger par la raison et où l'élève peut aussi rentrer dans une intelligence fine de sa religion. Le fanatisme religieux se nourrit d'une méconnaissance de la religion. »

Cours de religion à l’école ; et si l’on se préoccupait de l’intérêt de l’enfant ? Le cours de religion a-t-il sa place à l’école ? Enseigner une croyance en tant que telle et des dogmes fait-il partie des attributions de l’école ? Une distanciation face aux convictions (de quelque nature qu’elles soient) n’est-elle pas une des conditions nécessaires à la construction de la personnalité des enfants dont l’école à la charge ?

Enseigner les religions : « Enseigner le fait religieux, c’est connaître un langage spécifique, qui permet de le nommer et d’en déchiffrer des signes. Comprendre, en somme une des manières de dire le monde ». « Enseigner le fait religieux, c’est permettre aux jeunes l’accès à d’innombrables chef-d’œuvre du patrimoine de l’humanité ». « Enseigner le fait religieux, c’est rendre les élèves capables de comprendre le rôle que le religieux joue dans le monde contemporain ».

Qui êtes-vous ppour nous apprendre nos religions ? Les réseaux de l'enseignement officiel, en Belgique francophone, s'orientent vers un remplacement partiel des cours confessionnels de religion et morale par un cours « neutre » de philosophie et citoyenneté. Parmi les matières abordées figure la connaissance des différents courants de pensées, philosophies et religions. Entre défenseurs d'un enseignement situé et ceux d'une étude comparative qui tend à l'objectivité, le débat est vif.

L'actualité politique du cours de religion : sur inforprofs. Les informations concernant le cours de religion n'ont cessé d'affluer ces derniers jours. Nous avons donc jugé utile de collecter et de regrouper les informations dont nous disposions pour vous les partager. Pas question ici de polémiquer mais simplement informer.

L'expression des valeurs au service de la tolérance et de la liberté : Dans un contexte où la tolérance est en passe de devenir la valeur centrale de notre société est-il de bon aloi d’affirmer ses convictions, de les partager, voire, audace suprême, de prétendre à une hiérarchie de valeurs ? Une telle proposition est-elle assimilable au fondamentalisme ou au prosélytisme ? N’est-elle pas une attaque à la liberté de penser, la tolérance, la démocratie ?

 

Propositions alternatives

Religions, morales et philosophie à l'école. Comment penser ensemble ? Dans l’enseignement secondaire public, religions et morale laïque sont enseignées séparément. Une société de plus en plus pluri-culturelle ne doit-elle pas plutôt faire se rencontrer les courants qui la traversent ? Certains le pensent, qui proposent de remplacer, à la fin de l’enseignement secondaire, certains de ces cours par de la « philosophie » pluraliste.

Une vidéo de KTOtv : Après les attentats à la rédaction de Charlie Hebdo et à l'Hyper Cacher, la société française s'interroge sur son rapport au religieux et aux religions, en particulier aujourd'hui à l'Islam. Pouvait-on éviter les dérives extrémistes des jeunes terroristes Français, en France et en Syrie ? Pourra-t-on éviter qu'elles se renouvellent ? Comment accompagner la maturation spirituelle de ces jeunes dans un environnement laïque ? Comment les sortir de la spirale victimaire liée à leur sentiment de ne pas être reconnus comme croyants ? Comment les communautés de croyants accompagnent-elles les adolescents, séduits par les discours radicaux ? Faut-il réintroduire un enseignement religieux à l'école ? Avec la participation de : Rachid Benzine, islamologue et codirecteur de la collection Islam des lumières aux éditions Albin Michel ; Azzedine Gaci, recteur de la mosquée Othman de Villeurbanne et ancien président du conseil régional du culte musulman (CRCM) de Rhône-Alpes ; Père Christophe Roucou, directeur du service national pour les relations avec l'islam.

Les religions est les convictions : Toutes les religions, les arts et les sciences sont comme les branches d’un même arbre. Toutes ces aspirations tendent vers l’anoblissement de la vie de l’homme, pour l’extraire de la simple existence physique et le guider vers la liberté. Albert Einstein. Par le Conseil de l'Europe qui donne ses recommandation aux États membres en matière de religion et d'éducation.

À la recherche d’une pédagogie pour un dialogue interreligieux au sein de l’école : Dans tous les pays européens, la majorité des jeunes sont scolarisés dans un environnement multiculturel et multiconfessionnel. De nombreux enseignants, qu’ils exercent leur métier en pays catholique, protestant, anglican ou orthodoxe constatent les difficultés que pose la cohabitation, au sein d’une même classe, d’enfants de religion différente. Ils souhaitent être en mesure d’apporter aux jeunes une meilleure connaissance des religions et améliorer le dialogue qui peut s’établir entre personnes issues de religions différentes.

Enseignons les religions - toutes les religions - à l'école : Le philosophe Dan Dennett demande que toutes les religions soient enseignées à l'école, en tant que phénomènes naturels. Dans un deuxième temps, il réfute l'hypothèse que, pour être moral, il faille nier l'évolution.

Pour une pédagogie de la laïcité : Ouvrage destiné aux enseignants français afin de leur présenter l'importance de l'éducation à la laïcité dans leurs cours. Comment aborder les religions, leurs textes, sans faire de cours de religion et dans un esprit d'impartialité ? Le document est illustré, entre autres, par les questions de genre et la problématique du créationnisme. Il ne reflète pas la vision belge de la laïcité, mais pose des questions intéressantes aux professeurs concernant leur honnêteté intellectuelle dans le traitement du fait religieux.