Version imprimableSend by email

Prise de conscience des enjeux

Lors de la phase de confrontation, l’originalité de chaque réponse est mise en exergue faisant entrevoir aux élèves les limites et enjeux de chaque proposition. Quelle société, quelle forme de monde est-ce que je promeus en agissant de la sorte ? Quel type d’homme propose-t-on ?

Il s’agit de tenter de dégager les valeurs qui sous-tendent l’action ou le discours. Quelles sont celles qui sont mises en avant, celles qui sont écartées ?

 

Tout n’est pas compatible

En mettant en évidence les conséquences et enjeux de chaque opinion, on se rend compte qu’il n’est pas égal d’agir ou de penser de telle ou telle manière. On va comparer les points de vue : Qu’est-ce qui se rejoint ? Qu’est-ce qui se complète ? Qu’est-ce qui est incompatible ?

Dans ce jeu de comparaisons, l’enfant pourra percevoir que l’option chrétienne n’est pas compatible avec n’importe quelle valeur.

 

Proposer des critères de discernement

Le professeur assume son rôle d’éducateur dans cette analyse des points de vue. Il peut proposer des critères de discernement pour aider à la réflexion. En quoi cette conviction est-elle compatible avec la règle d’or ? Les Droits de l’Homme ? La loi ? Le règlement de l’école ? Ce que me disent mes parents ? La morale commune ?

 

Le crible de la réalité

Les documents doivent aussi être confrontés à l’analyse de départ de la situation. Parfois, une opinion attirante ne résiste pas à l’épreuve de la réalité. Elle se base sur des perceptions fausses (par erreur ou par populisme). L’un des critères de discernement est donc aussi celui du vrai, lorsque vérité objectivable il y a. (Je pense par exemple à des formateurs qui discréditaient la pilule contraceptive en prétendant qu’elle rend stérile.)

Le travail de recul fait dans la phase de documentation doit permettre progressivement à l’enfant de comprendre que souvent, les propositions simplistes, même généreuses, ne fonctionnent pas.

 

Un exemple d'activité pour dégager les valeurs

L’une des manières les plus efficaces pour se rendre compte des enjeux et valeurs sous-jacents à une position, c’est d’en rendre les conséquences réelles pour l’enfant. « Et si cela devait t’arriver, à toi, tes proches ? »

Un jour, une jeune fille s’exclame : « Mais c’est facile, pour éviter la surpopulation, on n’aura qu’à éliminer les vieux ! ». Plus inconsciente que provocatrice. Je lui réponds : « Quelle bonne idée ! Je te propose de téléphoner ce soir à ton grand-père pour le lui annoncer. »

Ou encore : « Les immigrés non européens devraient rentrer dans leur pays ! » « Très bien, qui a des parents ou grands-parents qui sont nés hors Europe ? Voulez-vous bien quitter la classe et faire vos bagages ? » « Ah ! non, pas eux, ce sont mes amis et je les connais. »

 

Ces exemples sont faciles, mais ils participent d’une dynamique : et si c’était ta sœur, ton frère, ton père… En finale : et si c’était moi qui étais concerné par cette prise de position, comment réagirais-je ? Il s’agit ici de rendre concrète la règle d’or comme outil pour faire resurgir les enjeux et les valeurs.

 

Poursuivre la lecture vers la phase d'inteprellation.