Version imprimableSend by email

Cette fiche a été créé à partir de l’article « Comment citer ses sources » (DESLAURIERS, 2005). Il ne reprend que les bases jugées utiles pour les élèves du secondaire. Pour une documentation complète lire l’article en ligne.

Voir aussi l'article publié par la Bibliothèque de Psychologie et des Sciences de l'Éducation de Louvain-la-Neuve, Rédaction des références bibliographiques selon les normes de l’American Psychological Association, Abrégé adapté à un environnement francophone, Novembre 2010.

 

Comment citer ses sources

 

1. Citation et référence dans le texte

Un travail de recherche sérieux fait toujours référence aux travaux antérieurs réalisés par d’autres auteurs que nous consultons et qui nous influencent. Les citer, c’est leur rendre justice. Cependant, il y a plusieurs façons de le faire.

Une courte citation intégrée au texte

Une courte citation, soit d’une longueur de moins de trois lignes, est intégrée au paragraphe entre guillemets français ( « … » ), suivie du nom de l’auteur, de l’année et de la page. Les règles de typographie modernes commandent de laisser un espace de chaque côté de ces guillemets.

Exemple :

En effet, l’évolution démographique laisse entrevoir un déplacement important du rapport de forces sociales au détriment des jeunes. « Les débats autour de la question de la santé montrent assez bien que ce sont les générations qui avancent en âge, avec le cortège de problèmes que le vieillissement entraîne, qui occupent le devant de la scène » (Gauthier, 1999, p. 33).

Une longue citation

Une citation est dite longue lorsqu’elle dépasse trois lignes de texte. La citation est alors placée en retrait dans le texte, sans être encadrée par des guillemets.

Exemple :

Lors des travaux préparatoires du Sommet, plusieurs ont signalé un décalage important entre les aspirations des jeunes et les attentes du marché du travail :

Cela passe nécessairement par des services de qualité, adaptés aux besoins et aux réalités diverses de ce groupe non homogène, notamment dans le monde scolaire et sur le marché du travail. Les approches doivent être davantage personnalisées si nous voulons qu’une « chimie » se crée entre les jeunes et les institutions ou les entreprises qui les accueillent (Bachand et Boulet, 1999, p.25).

Une partie de citation

Il arrive qu’on intègre une partie de citation en coupant une phrase et en l’intégrant au texte. Dans ce cas, on ouvre les guillemets suivis de points de suspension.

Exemple :

Il faut absolument que les travailleurs sociaux connaissent les valeurs des adolescents « … si nous voulons qu’une “chimie” se crée entre les jeunes et les institutions ou les entreprises qui les accueillent » (Bachand et Boulet, 1999, p.25).

 

2. Évocation de la pensée d'un auteur

En général, nous traduisons l’idée d’un auteur dans nos propres mots, en indiquant la source qui nous a inspiré. Cette méthode est aussi appelée « auteur-date ».

Exemples :

La maternité devient un rite de passage dans le clan des mères qui favorise l’apprentissage d’un nouveau rôle social (Quéniart, 1989).

En somme, Burden (1980) affirme que la mère de l’enfant handicapé a des besoins spéciaux et que la société doit répondre à ses demandes afin de lui éviter l’épuisement chronique et les problèmes de santé mentale.

Il n’est pas étonnant, selon Davis (1982), de noter une augmentation du taux de divorce chez ces personnes.

 

3. Référence secondaire

S’il est toujours préférable de citer l’auteur original, il arrive de citer un auteur qui en cite un autre : c’est ce qui s’appelle une référence secondaire. On procède ainsi :

Si on donne expressément le nom de l’auteur cité

On donnera, entre parenthèses, l’année de l’article, cité par, l’année de parution de l’article cité.

Exemple :

Il semble bien que Bergeron (1986, cité par Pettigrew, 1988) ait déjà démontré que l’hiver canadien…

Si on ne donne pas le nom dans le texte

Si un auteur résume l’idée générale d’un autre, normalement, on donne entre parenthèses le nom de l’auteur cité, l’année, cité par le nom de l’auteur qui cite, l’année, et le plus près possible de l’objet de la référence.

Exemple :

Il a été démontré que l’hiver canadien est plus froid que l’hiver italien (Bergeron, 1986, cité par Pettigrew, 1988).

 

4. Note de bas de page

Si les informations sont importantes, il est préférable de les intégrer au texte même. Par contre, les notes de bas de page apportent des précisions complémentaires à la compréhension du texte.

 

5. Liste de références

Tout travail de recherche comporte une liste de références qui ne doit contenir que les ouvrages qui ont été cités dans le manuscrit. Donc, tous les ouvrages cités dans le texte doivent apparaître dans la liste de références, et celle-ci ne doit contenir que les ouvrages cités dans le texte. La liste de références est ordonnée par ordre alphabétique à partir du nom du premier auteur (Provost et al., 2002, p. 72). Elle doit être placée à la fin du document.

Livres

NOM DE L’AUTEUR EN MAJUSCULES, initiale du prénom (année de la publication entre parenthèses suivie d’un point). Titre et sous-titre en italique, lieu d’édition, maison d’édition, nom de la collection « entre guillemets français », et nombre de pages.

Exemple :

DESLAURIERS, J.-P. (1991). Recherche qualitative, Montréal, McGraw-Hill, coll. « Thema », 143 pages.

Article de journal signé par un auteur

NOM DE L’AUTEUR EN MAJUSCULES, initiale du prénom (année entre parenthèses suivie d’un point). « Titre de l’article entre guillemets français », Nom du journal en italique, date, page.

Exemple :

BOUCHARD, C. (2002). « Le projet de loi pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion est un gain démocratique », Le Devoir, 20 juin, p. A6.

Article de journal sans auteur

« Le titre de l’article entre guillemets français » (l’année entre parenthèses suivie d’un point). Nom du journal en italique, la date, la page.

Exemple :

« Un homme abandonne un bébé à Montréal » (1996). La Presse, 12 décembre, p. A1.

Documents électroniques

(paragraphe ajouté par le concepteur de la fiche, non par DELAURIER)

NOM DE L’AUTEUR EN MAJUSCULES, initiale du prénom, « titre de l’article », dans nom du site. [En ligne] suivi de l’url (chemin dans le navigateur), (consulté le date).

Exemple : (et référence à l’auteur de cet article)

DELAURIER, J-P (2005). « Comment citer ses sources », Université du Québec en Outaouais. [En ligne] http://biblio.uqo.ca/aide-guides/guides-thematiques/documents/citer_sources_travail_social.pdf (lu le 2 avril 2013).